flux rss
logo rjce benin
Accueil Présentation Réalisations Projets Adhésion Partenaires Publications Forum
Bienvenue sur le site web du Réseau béninois des Journalistes et Communicateurs Spécialisés en Education(RJCE-BENIN)
Formation
Mensuelles
Tables rondes
Campagnes médiatiques
Education Tribune
Prix du journalisme d'éducation
A Bâton rompu
Les mensuelles
Prix du journalisme d’éducation
Tout l'agenda
  Stratégies sous sectorielles du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique : Nécessité de redynamiser les dispositifs

Les différentes études diagnostiques et d’évaluation de l’enseignement supérieur ont été présentées par Martin Ogoussan, Directeur Adjoint de la Programmation et de la Prospective (Dapp) dudit ministère, ce jeudi 24 avril 2014. À l’occasion, les échanges ont permis de distinguer les points d’ombres afin d’en trouver des solutions appropriées.

Promouvoir une recherche scientifique et technologique inclusive axée sur le développement durable. C’est le but global que poursuit le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique afin de moderniser la gouvernance du sous-secteur. L’enseignement supérieur en général avec ses universités et écoles en particulier, est bien évidement un facteur de développement. Il draine vers son milieu d’implantation des populations aussi jeunes que celles d’âges avancés. Tout ceci exige en conséquence des commodités minimales d’enseignements et de recherche. Le sous secteur a donc entrepris l’élaboration de quelques documents de politique nationale sur l’enseignement supérieur et des sciences et technologies de l’innovation. Ceci a permis l’existence des normes et standards définis, un mode transparent et efficace de désignation des responsables dans les universités nationales du Bénin, et l’existence de tous les cycles de formation. Néanmoins, l’inadéquation entre certaines offres de formation et la demande d’emploi, la faible capacité du système à gérer les flux d’étudiants dans le contexte du système Licence Master Doctoral (LMD) pèse sur ce sous secteur. A tout cela, il faut ajouter l’insuffisance et le vieillissement du personnel enseignant ainsi que l’insuffisance et la vétusté des infrastructures pédagogiques. L’autre défi à prendre en compte concerne le rétrécissement du marché de l’emploi face au nombre sans cesse croissant de diplômés. A cet effet, une attention soutenue des différents partenaires techniques notamment de la banque mondiale est souhaitée par les participants. Pour l’heure, explique Martin Ogoussan, les acteurs prévoient améliorer les programmes de formation et les méthodes d’enseignement, développer la formation académique et pédagogique des enseignants chercheurs, renforcer les infrastructures et équipements pédagogiques des universités. Et surtout améliorer le dispositif de gestion de flux. Entre autres propositions faites lors des débats, il est préconiser de développer l’offre par rapport à la demande, de valoriser les fruits des recherches et de dynamiser la mise en pratique de ces recherches.

Vaincre l’indiscipline en procédure d’urgence !
Du tréfonds de notre école un sujet, très peu commun au (...)
Hygway Africa
ADEA
Allafrica
UNESCO
EPT
COMED
UNICEF
Banque Mondiale
USAID
AFD
GIZ
UIS
African elections
Pen plus bytes
      © RJCE-BENIN 2010-2015 All rights reserved Contact | Mention légale | Forum