flux rss
logo rjce benin
Accueil Présentation Réalisations Projets Adhésion Partenaires Publications Forum
Bienvenue sur le site web du Réseau béninois des Journalistes et Communicateurs Spécialisés en Education(RJCE-BENIN)
Formation
Mensuelles
Tables rondes
Campagnes médiatiques
Education Tribune
Prix du journalisme d'éducation
A Bâton rompu
Les mensuelles
Prix du journalisme d’éducation
Tout l'agenda
  Les Mensuelles de l’éducation

Au cours des 6 derniers mois, le Réseau béninois des Journalistes et Communicateurs spécialisé en Education (RJCE-Bénin) a pu organiser quatre (4) Rencontres Mensuelles de l’éducation dans le cadre de la mise en œuvre du volet 2 du Projet Spid Pddse.

« Le Plan décennal de Développement du Secteur de l’Education : Enjeux pour un développement accéléré de l’éducation de base au Bénin », est le thème de la Première mensuelle de l’éducation, qui s’est déroulée, le vendredi 2 juillet 2010 à Cotonou. Cette mensuelle qui a regroupé une quarantaine de journalistes, a été animée par Messieurs Maoudi JOHNSON, Secrétaire Technique Permanent du PDDSE et Wilfried DJENONTIN, personne ressource du Ministère de l’Enseignement secondaire et de la Formation technique et Professionnelle et membre du STP-PDDSE.

Ils ont permis aux journalistes de mieux comprendre ‘’Les orientations pour l’éducation de base’’, ses objectifs pour une éducation de base performante au Bénin et les résultats envisagés au terme de la mise en œuvre du Plan.

« Alphabétisation et Langues Nationales : quel apport pour l’Education Béninoise ? », a été au menu de la Deuxième Mensuelle de l’Education, qui s’est déroulée le vendredi 6 Août 2010, au Centre Wanad de Cotonou et qui a connu la participation d’une trentaine de journalistes venus aussi bien de Cotonou que des autres départements du Bénin.

Le Secrétaire technique permanent de la Commission Nationale de Pilotage de l’Introduction des Langues Nationales dans le Système Educatif Formel, le Professeur Albert Bienvenu AKOHA et le Vice Président de Réseau National des Opérateurs Privés pour la Promotion de l’Alphabétisation et des Langues (RENOPAL), M. Franc SEDJRO, en ont été les animateurs.

L’intervention de M. Franc SEDJRO a fait ressortir, l’importance de l’Alphabétisation dans le système éducatif, la situation du Bénin en matière d’alphabétisation, la place des opérateurs privés dans l’alphabétisation et les défis et perspectives.

Le Professeur Albert Bienvenu AKOHA, qui a axé sa communication sur : « l’introduction des langues nationales béninoises dans le système éducatif formel au Bénin », a exposé les blocages à l’introduction des langues nationales dans le système éducatif formel. Il fera remarquer que la réussite de l’alphabétisation passe nécessairement par l’introduction des langues nationales dans le système éducatif formel béninois. Pour y parvenir il faut une troupe d’élites dont les journalistes à l’avant-garde pour baliser le terrain et provoquer le débat.

« La Gestion du dialogue social dans le système éducatif béninois », était quant à lui au centre de la troisième mensuelle de l’éducation, qui a eu lieu, le 1er Octobre 2010, à Cotonou.

Messieurs Anselme AMOUSSOU et Raouf AFFAGNON, tous deux membres du front des organisations syndicales de l’Enseignement et Nestor EZIN, Conseiller technique au dialogue social du Ministère de l’Enseignement maternel et primaire ont croisé leur regard sur la conduite du processus.

Le thème choisi a indiqué le Gerard Guedegbé, Président du RJCE, vise une meilleure compréhension des mécanismes et des obstacles à la prévalence d’un dialogue social effectif au Bénin par les journalistes et communicateurs et les acteurs locaux membres de l’ONG ALCRER.

Pour M. Raouf Affagnon, le dialogue social proposé par l’Organisation internationale du travail inclut, à son avis, toute forme de négociation, de consultation ou simplement d’échanges d’informations entre représentants du gouvernement employeur et représentants des travailleurs sur des questions d’intérêts communs liées à la politique économique et sociale. Les débats ont surtout tourné autour de la teneur et du bien fondé des revendications des syndicats et à leur bonne foi. Si pour certains les syndicalistes exagèrent à travers leur plate-forme revendicative, d’autres par contre estiment que le gouvernement méprise la question cruciale de la revalorisation de la fonction enseignante.

« Le Pilotage du Système Educatif du Bénin », est le thème de la quatrième mensuelle de l’éducation, qui s’est déroulée le 28 Octobre 2010, au Centre Wanad de Cotonou. La rencontre a connu la participation d’une trentaine de professionnels des médias venus de tous les départements du Bénin.

Introduisant sa communication, M. Mohamed ABOUBARY Coordonnateur du Programme d’Appui à la mise en œuvre du PDDSE, a fait observer que les errements du passé et les difficultés qui s’enregistrent dans le secteur de l’éducation sont dus en grande partie au pilotage à vue du système. Mais, malheureusement, ces maux perdurent malgré le PDDSE. Pour lui, la complexité de la mise en œuvre d’une politique d’éducation pour tous et du pilotage du système, l’inexistence d’un Système d’Information pour la Gestion de l’Education (SIGE) et la lourdeur administrative, sont autant d’éléments qui justifient ce pilotage à vue.

Le Facilitateur de la séance, M. Raoul ATOHOUN, est, quant à lui, revenu sur le SIGE dont l’efficacité impose à tous les acteurs, la maîtrise des Technologies de l’Information et de Communication. Ensuite, les différentes structures des quatre ministères doivent s’approprier l’outil de planification et faire en sorte que la carte scolaire du Bénin soit disponible. Aussi, le plan leur impose-t-il la publication des annuaires et des documents statistiques avant le 31 juillet de chaque année. A en croire de facilitateur, la planification, la carte scolaire et la publication des annuaires et documents statistique avant le « 31 juillet de chaque année, sont autant d’éléments qui contribueront à un pilotage efficace du système éducatif. Les journalistes ont quant à eux souhaité explorer des sujets connexes au thème de la rencontre au nombre desquels : l’instabilité institutionnelle qui déstabilise le système éducatif, la prise de conscience des cadres nommés dans le système, les causes de la non consommation des crédits alloués à notre pays par les partenaires techniques et financiers.

Les réponses aux préoccupations ont montré que l’instabilité institutionnelle qui est la conséquence des nominations politiques impose au système éducatif béninois un éternel recommencement et que le manque d’infrastructures dans certains établissements s’explique par le fait que les ressources orientées vers le secteur ne sont toujours pas utilisées à bon escient, en cohérence avec les objectifs du PDDSE. Concernant le suivi du matériel et des fournitures scolaires, un véritable manque à gagner est palpable, a reconnu le facilitateur

Vaincre l’indiscipline en procédure d’urgence !
Du tréfonds de notre école un sujet, très peu commun au (...)
Hygway Africa
ADEA
Allafrica
UNESCO
EPT
COMED
UNICEF
Banque Mondiale
USAID
AFD
GIZ
UIS
African elections
Pen plus bytes
      © RJCE-BENIN 2010-2015 All rights reserved Contact | Mention légale | Forum