Accueil                                                                                                                                              
Vétusté des infrastructures à l’Université d’Abomey-Calavi :
L’administration rectorale appelée à jouer davantage son rôle Publié le 19 décembre 2018

Les amphithéâtres de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC) deviennent de moins en moins profitables aux étudiants. En effet nombreux sont ces amphithéâtres à l’Université d’Abomey-Calavi qui végètent dans un état déplorable. En plus du manque de matériels qui, en plus se dégradent de jours en jours, il y a également le dysfonctionnement des dispositifs d’aérations dans les amphithéâtres. Ces différents problèmes dans les salles de cours sont déplorés par les étudiants. Pour Olivier AGBA, étudiant à la Faculté des Sciences Économiques et Gestion, ces problèmes sont souvent observés dans les facultés. C’est ce qu’il fait savoir par ces mots : « Il est vraiment difficile de se trouver un siège dans un amphithéâtre. Quand vous arrivez à vous asseoir, il y a une chaleur insupportable dans l’amphi et il faut fournir un grand effort avant d’entendre des bribes de ce que dit l’enseignant. Tout ceci est à la base des nombreuses reprises que l’on constate ». Un tour dans les amphithéâtres A500, A750, B750, C500, C1000, modules 1, 2 et 3 permet de confirmer les faits. Dans le module 2 tous les équipements sont en place, sauf la lumière et les brasseurs. Même pour les professeurs, c’est un calvaire de dispenser les cours dans de telles conditions. Non seulement il y a un manque d’instrument de sonorisation pour les cours mais il y a aussi un manque de table-bancs en bon état pour accueillir les étudiants. Certains se voient alors dans l’obligation de glaner des briques qu’ils utilisent ensuite comme siège. D’autres par contre n’arrivent même pas à se procurer ces pierres précieuses que sont devenues les briques et n’ont d’autre, choix que de rester debout des heures durant pour suivre le cours. Pour le Docteur Aimé Adjigbe Segla, le système éducatif de l’État béninois n’est pas du tout encourageant. Cela se justifie aisément par le système LMD en vigueur actuellement dans l’enseignement supérieur mais dont les exigences ne sont respectées. Plus qu’une nécessité, les autorités chargées de l’enseignement supérieur sont donc appelées à tourner leur regard vers le campus d’Abomey-Calavi afin de soulager ce dernier des insuffisances de ces salles de cours, de les réaménager et garantir une meilleure condition d’étude aux étudiants de cette université.

Ornella Gbevegnon


Dossier
Gare à vous !:
C’est désormais une réalité, les 7 033 enseignants (...)
 + d'articles
Dossier
Déviances scolaires (27 mars 2019)
Bien que cachée, la tontine sexuelle est un phénomène qui (...)
 + de dossiers
REFORME DANS LE SYSTÈME ÉDUCATIF AU BÉNIN : (16 mars 2019)
Rappeler les principes élémentaires qui doivent gouverner (...)
 + d'articles
MOOCs, entre fantasmes et réalité, (17 mai 2019)
En Afrique, l’éducation supérieure voit ses effectifs (...)
 + d'articles
Baccalauréat 2019 : (14 mai 2019)
Les convocations des candidats à l’examen du Baccalauréat,
 + d'articles
MESSAGE DE CONDOLÉANCES (17 mai 2019)
C’est avec une grande consternation que nous apprenons (...)
 + d'articles
BENIN / GROUPE LOCAL EDUCATION (GLE) (10 mai 2019)
C’est le menu de la session extraordinaire du Groupe (...)
 + d'articles
 + d'images
 
 
 
 
 © RJCE-BENIN 2011-2015, All rights reserved Les partenaires de l'éducation | L'équipe | Contact | Adresses utiles