Accueil                                                                                                                                              
Des jalons pour un mieux-être du secteur éducatif béninois
Publié le 10 août 2017

Pour contribuer à doter le Bénin d’hommes et de femmes épanouis, rayonnants de santé, compétents et compétitifs pouvant répondre aux exigences du développement durable, de bonne gouvernance et de bien-être collectif, la Lettre de Politique du secteur de l’Education et de la Formation à l’horizon 2030 a été élaborée. Document d’ancrage stratégique aux nouvelles réformes structurelles et aux programmes et projets de développement du secteur, cette lettre renseigne efficacement sur la manière dont le capital humain pourra devenir la variable sociale qui draine les autres facteurs de production, notamment l’investissement, la technologie et qui préserve la sécurité humaine. Les débats riches et parfois passionnés et autres recommandations ont porté sur les grands chapitres constituant l’ossature de la lettre.

Diagnostic et enjeux de la nouvelle politique Le diagnostic global du système, dans son état actuel, montre qu’il est élitiste et essentiellement centré sur la forme scolaire avec de forts taux d’abandon à tous les niveaux. Les enjeux auxquels le système est confronté peuvent se résumer en cinq points. Primo, la demande éducative tant quantitative que qualitative, est forte aux niveaux post éducation de base et universitaire de 2013 à 2030. La population scolarisable augmentera de 42%. Secundo, il est important d’envisager des mesures d’équité et de justice sociale pour certaines zones et certaines catégories sociales (discrimination positive, mesures incitatives) et de développer à côté de l’offre scolaire et universitaire, des offres alternatives en accord avec les secteurs productifs et des opportunités d’emploi. Tertio, il faut accorder plus d’importance à l’éducation alternative, l’alphabétisation et l’éducation des adultes, et surtout à la formation technique et professionnelle. En quatrième position, il y a le financement et la gouvernance du système. De 2010 à 2015, on constate une augmentation de 34% des dépenses totales ; l’éducation absorbe 32% des ressources publiques et les dépenses salariales avoisinent 68% contre 23% de dépenses de fonctionnement. Enfin, la gouvernance. Et pallier cette situation exige de solutionner les dysfonctionnements aux niveaux du dispositif de pilotage, de l’application des lois de la décentralisation et de la gestion des ressources humaines à travers le Système d’Information pour la Gestion de l’Education (SIGE) qui peine à se mettre en place.

Les principes directeurs de la nouvelle politique Au regard du diagnostic et des enjeux, la nouvelle politique sectorielle du Bénin en matière d’Education et de Formation, on retiendra quant aux principes directeurs de la politique sectorielle, d’abord, la réaffirmation des principes et valeurs de la République où l’école doit, mieux que par le passé, jouer pleinement et efficacement son rôle de formateur du citoyen, respectueux des principes républicains, des règles de bonne gouvernance et de valeurs sociétales en liaison avec l’environnement. Le second principe directeur est le respect des droits humains qui garantit l’accès à l’éducation et à l’apprentissage tout au long de la vie de façon équitable, à égalité de chances pour tous les sexes et toutes les personnes à besoins spécifiques. Ensuite, il y a le renforcement du partenariat public qui vise à impliquer de manière plus responsable les différents acteurs et partenaires dans la formulation, la mise en œuvre et le suivi des programmes de développement. Egalement, la bonne gouvernance sera promue à travers le respect scrupuleux de la transparence, la responsabilité et la reddition des comptes, l’inclusion des parties prenantes, le contrôle et le suivi/évaluation sans oublier l’adoption de la gestion axée sur les résultats. Quant à la rationalisation de l’utilisation des ressources, elle en appelle à la maîtrise des dépenses publiques et la réduction des déficits budgétaires, ainsi que l’optimisation du financement public pour une meilleure réponse à la demande sociale de plus en plus importante résultant du coût démographique. Et enfin, l’intégration des nouvelles technologies de l’information et de la communication permettant au secteur éducatif de faire des progrès énormes dans les domaines de l’accès, de la qualité et de la gestion.

De la vision et des priorités Pour améliorer les performances du secteur de l’éducation et de la formation, la vision du Bénin est ainsi libellée : « En 2030, le système éducatif et de formation assure à tous les enfants et adultes, y compris les personnes à besoins spécifiques, une éducation et une formation équitable, inclusive et de qualité, plus engagée dans la prise en compte des exclus, reposant sur une gouvernance concertée, une responsabilisation plus accrue des collectivités locales et des communautés à la base, et qui fait du citoyen béninois, une personne épanouie et un acteur du développement durable du pays, compétitif, capable de d’innovations technologiques, apte à préserver la cohésion sociale ». Une telle vision impose une nouvelle perception du système éducatif qui repose sur trois principaux leviers. D’un, rompre dès la base, du système, avec le mythe de l’intellectualisme ; de deux, revaloriser les formations techniques et professionnelles et enfin, rompre avec la dichotomie entre « monde de l’emploi » et « monde de la formation » qui fait que les choix d’orientation des familles et des apprenants reposent rarement sur une bonne connaissance des secteurs porteurs d’emploi et des possibilités d’accompagnement mises en place par l’Etat.

Les orientations stratégiques Eu égard aux éléments de défis découlant du diagnostic, des repères du cadrage et des principes directeurs, la Nouvelle Politique Educative et de Formation sera opérationnalisée grâce à des orientations stratégiques regroupées autour de l’accès, de l’offre éducative et de la gouvernance. Le volet de l’accès s’articule autour du développement d’une vision intégrée de l’éducation de base inclusive, ainsi que d’un dispositif d’orientation pour le secteur de l’éducation et de l’amélioration de l’accès aux études doctorales. Le volet adéquation entre formation-recherche et développement-emploi mise beaucoup plus sur l’amélioration de l’offre éducative et l’intégration des Technologies de l’Information et de la communication (TIC) dans ladite offre. Le volet de l’amélioration de la gouvernance du système repose, en ce qui le concerne, sur l’amélioration de la gouvernance institutionnelle et locale, du cadre institutionnel du financement du secteur, du partenariat public privé et de l’assurance qualité, sans occulter l’amélioration du dialogue social.

Gérard Guedegbe


Dossier
Gare à vous !:
C’est désormais une réalité, les 7 033 enseignants (...)
 + d'articles
Dossier
Floraison tous azimuts d’écoles privées au Bénin : Quand le cafouillage et l’inattention enlisent le système éducatif (25 août 2017)
La floraison des écoles privées au Bénin, constitue de (...)
 + de dossiers
Alimentation en milieu scolaire : Sur les traces de la cantine de L’EPP Guèmè (15 novembre 2015)
La récente actualité faisant état de la mauvaise gestion (...)
 + d'articles
Face à la contre-performance du système éducatif béninois : Les médias entrent en scène (6 septembre 2016)
Loin d’être un rendez-vous de discours et de déclaration, (...)
 + d'articles
ANALYSE SITUATIONNELLE DES DROITS DE L’ENFANT (13 juillet 2015)
Réunir les acteurs clés dans le domaine de l´éducation et (...)
 + d'articles
Calendrier scolaire 2016-2017 au Bénin (6 octobre 2016)
Depuis le mercredi 21 septembre 2016, le calendrier de (...)
 + d'articles
Première revue sectorielle de l’année 2016 : Sur un air de refonte du système éducatif béninois ! (24 mai 2016)
Afin de procéder à un examen minutieux des performances (...)
 + d'articles
 + d'images
 
 
 
 
 © RJCE-BENIN 2011-2015, All rights reserved Les partenaires de l'éducation | L'équipe | Contact | Adresses utiles