Accueil                                                                                                                                              
UNIVERSITE D’ABOMEY-CALAVI
L’application du système LMD à la Flash divise les autorités et étudiants Publié le 13 juillet 2015

Amphithéâtre clos, centres commerciaux fermés, les œuvres universitaires aux arrêts et sur le terrain, un affrontement entre les forces de l’ordre et étudiants. C’est ce qui caractérise depuis environ deux semaines, le campus universitaire d’Abomey-Calavi. Cette situation de paralysie des activités pédagogiques au niveau de ce haut lieu du savoir fait suite à la décision du Comité de direction de la Faculté des lettres, arts et sciences humaines en sa séance du 23 mars dernier de supprimer l’organisation d’une session de rattrapage. Une décision qui n’est pas du goût des étudiants notamment des responsables du Bureau d’unions de cette faculté qui ont tôt fait de déclencher des mouvements de débrayage au niveau de cette faculté classique. Mais face à l’enlisement des débats et le refus des professeurs de céder aux demandes des étudiants, les responsables des mouvements étudiants à savoir, l’Union nationale des étudiants du Bénin (UNEB), la Fédération nationale des étudiants du Bénin (FNEB) et l’Union nationale des scolaires et étudiants du Bénin (UNSEB) ont à l’issue des Assemblée générale, ont dans un premier temps, décidé de l’opération « campus mort » pour 72 heures. Une situation de crise qui s’annonçait donc que le Vice-premier ministre chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, a tenté de désamorcer en initiant un dialogue avec les deux parties. Seulement, les enseignants de la Flash boudent les conclusions issues de ces échanges qui veulent qu’ils organisent pour les étudiants avant que tout le contour du problème soit cerné, la session de rattrapage. Ils déclarent que techniquement ce n’est pas possible. Car dans le système de Licence Master et Doctorat, il est seulement prévu deux évaluations. Ils précisent qu’ils ne peuvent pas organiser encore une autre évaluation qui va reprendre toutes les Unités d’enseignement (UE) du premier et second semestre. Ceux-ci crient alors, à la politisation du problème qui selon eux est purement académique. Dès lors, c’est une confusion qui s’installe. Ceci d’autant plus qu’un communiqué du Rectorat rappel que la fin des activités pédagogiques dans les campus sous la tutelle de l’Université d’Abomey-Calavi sera effective le 31 juillet 2015.

Les propositions du rectorat

Dans son souci de trouver une solution rapide à cette crise qui compromet dangereusement le calendrier académique, l’équipe Rectorale dirigée par le Brice Sinsin a invité les étudiants à une séance de travail le mardi 30 juin 2015, dans l’après-midi. Et effectivement, les deux parties se sont retrouvées à l’Amphi Houdégbé pour échanger. Mais, dans un premier temps, en lieu et place d’un échange avec les autorités, les étudiants ont plutôt eu droit à point des démarches que l’équipe rectorale est en train de mener pour régler le problème. Il s’agit de la mise sur pieds d’une Commission devant travailler avec les responsables étudiants pour étudier les contours de la situation actuelle. Et attendant les conclusions des travaux de ladite commission qui devraient être disponible dans deux mois, les cours du second semestre vont reprendre en septembre prochain. Une proposition que les responsables étudiants ont refusée. Mais la goute d’eau qui va faire débordé le vase, c’est le refus des autorités rectorales d’accorder la parole aux étudiants. Mais après des conciliations, Fidèle Bocossa, Président de l’Union nationale des étudiants du Bénin (UNEB) a été invité à parler au nom de ces pairs. Ce dernier a reprécisé leurs différentes doléances. Elles ont trait à l’organisation de la session de rattrapage, l’annulation de l’arrêté portant fixation des frais de reprise des Unités d’enseignent (UE) et l’application de l’arrêté portant fixation des frais de retrait des actes administratifs. Des doléances qui n’ont pas reçu un écho favorable auprès des autorités rectorales. Ainsi donc, les étudiants ont enclenché une marche de protestation spontanée et ont vidé la salle. Branchage en main, ceux-ci ont commencé à scander des slogans hostiles à l’endroit de l’équipe rectorale. Mieux, ils ont exigé la démission de cette dernière. Et c’est pour rétablir l’ordre que les forces de sécurité ont fait usage du gaz lacrymogène. Et c’était le sauve qui peu dans le rang des étudiants. Ainsi donc, les étudiants pour manifester leur colère ont barricadé certaines voies donnant accès au Campus, brulés des pneus. Selon no sources, certains et étudiants et même responsables étudiants ont été arrêtés par les forces de sécurité et relâchés plus tard.

Une porte de sortie ?

Dans les recherches de solution à cette crise, il y a une séance de travail au cabinet du Vice-premier, Charge de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et tous les acteurs impliqués dans cette crise. A l’issue de cette séance, il ressort que les enseignants ont accepté de faire un rattrapage par délibération et au rattrapage par composition pour les étudiants absents aux examens de la première session. Il est à préciser qu’avec le rattrapage par délibération, les étudiants qui n’auraient pas travaillé dans une Unité d’enseignement (UE) lors de la première session, pourraient seront rachetés selon le cas. Et pour cela, un comité de suivi sera mis sur pied et sera composé des responsables étudiants et des enseignants. Ledit comité sera chargé de suivre la progression des résultats ceci en rapport avec les taux de réussite des années précédentes.


Dossier
Gare à vous !:
C’est désormais une réalité, les 7 033 enseignants (...)
 + d'articles
Dossier
La politique ronge les bases de l’école... (13 juillet 2015)
Ulrich Afatondji, Etudiant : « Un faux premier qui est (...)
 + de dossiers
Alimentation en milieu scolaire : Sur les traces de la cantine de L’EPP Guèmè (15 novembre 2015)
La récente actualité faisant état de la mauvaise gestion (...)
 + d'articles
Face à la contre-performance du système éducatif béninois : Les médias entrent en scène (6 septembre 2016)
Loin d’être un rendez-vous de discours et de déclaration, (...)
 + d'articles
ANALYSE SITUATIONNELLE DES DROITS DE L’ENFANT (13 juillet 2015)
Réunir les acteurs clés dans le domaine de l´éducation et (...)
 + d'articles
Calendrier scolaire 2016-2017 au Bénin (6 octobre 2016)
Depuis le mercredi 21 septembre 2016, le calendrier de (...)
 + d'articles
Première revue sectorielle de l’année 2016 : Sur un air de refonte du système éducatif béninois ! (24 mai 2016)
Afin de procéder à un examen minutieux des performances (...)
 + d'articles
 + d'images
 
 
 
 
 © RJCE-BENIN 2011-2015, All rights reserved Les partenaires de l'éducation | L'équipe | Contact | Adresses utiles